Éros socratique. Socrate, Alcibiade et les effets de l'amour

Résumé : Amour « est un grand daimôn » (202d): telle est la première qualification réservée à Éros par Diotime dans Le Banquet de Platon ; telle était aussi la dénomination que lui attribuait Apulée, vers la fin de son traité du Démon de Socrate (vers 150 après J.-C.), et il ajoutait que son pouvoir plénier est « de tenir éveillé ». Ainsi il n'y a pas discordance mais continuité entre la figure du daimôn socratique ou « signe divin », que nous avons située et présentée dans notre précédente intervention comme la singulière puissance d'une négativité en acte, et celle d'Éros, daimôn inquiet et toujours en manque qui ne cesse de relancer sa quête et la quête. On dirait d'ailleurs que le portrait d'Éros dessiné par la voyante de Mantinée est autant celui de Socrate que celui de l'intermédiaire ailé, séducteur et volontiers entremetteur, apparenté à Aphrodite selon la mythologie classique, fils d'Expédient (Poros) et de Misère (Pénia) selon le mythe platonicien.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

http://hal.univ-reunion.fr/hal-01871893
Contributor : Réunion Univ <>
Submitted on : Tuesday, September 11, 2018 - 1:42:50 PM
Last modification on : Thursday, March 28, 2019 - 11:24:13 AM
Long-term archiving on : Wednesday, December 12, 2018 - 2:06:16 PM

File

Meitinger-TD33.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : hal-01871893, version 1

Collections

Citation

Serge Meitinger. Éros socratique. Socrate, Alcibiade et les effets de l'amour. Travaux & documents, Université de La Réunion, Faculté des lettres et des sciences humaines, 2008, Journées de l'Antiquité 2007, pp.79-91. ⟨hal-01871893⟩

Share

Metrics

Record views

329

Files downloads

40