Éros socratique. Socrate, Alcibiade et les effets de l'amour - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Travaux & documents Year : 2008

Éros socratique. Socrate, Alcibiade et les effets de l'amour

(1)
1

Abstract

Amour « est un grand daimôn » (202d): telle est la première qualification réservée à Éros par Diotime dans Le Banquet de Platon ; telle était aussi la dénomination que lui attribuait Apulée, vers la fin de son traité du Démon de Socrate (vers 150 après J.-C.), et il ajoutait que son pouvoir plénier est « de tenir éveillé ». Ainsi il n'y a pas discordance mais continuité entre la figure du daimôn socratique ou « signe divin », que nous avons située et présentée dans notre précédente intervention comme la singulière puissance d'une négativité en acte, et celle d'Éros, daimôn inquiet et toujours en manque qui ne cesse de relancer sa quête et la quête. On dirait d'ailleurs que le portrait d'Éros dessiné par la voyante de Mantinée est autant celui de Socrate que celui de l'intermédiaire ailé, séducteur et volontiers entremetteur, apparenté à Aphrodite selon la mythologie classique, fils d'Expédient (Poros) et de Misère (Pénia) selon le mythe platonicien.
Fichier principal
Vignette du fichier
Meitinger-TD33.pdf (257.1 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-01871893 , version 1 (11-09-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01871893 , version 1

Cite

Serge Meitinger. Éros socratique. Socrate, Alcibiade et les effets de l'amour. Travaux & documents, 2008, Journées de l'Antiquité 2007, 33, pp.79-91. ⟨hal-01871893⟩
319 View
226 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More