Les romans d'Anita Brookner de 1981 à 1992 : l'écriture de la subversion - Université de La Réunion Access content directly
Theses Year : 1996

The novels of Anita Brookner from 1981 to 1992 : subversive writing

Les romans d'Anita Brookner de 1981 à 1992 : l'écriture de la subversion

Eileen Williams-Wanquet

Abstract

Anita Brookner's novels have been called "mills & boon for bluestockings" and are usually set in the tradition of the conventional realistic novel by critics, who qualify them as "pre-modern" and "decidedly non-experimental”. The novels do present the outward signs of classic realist texts by their use of conventional methods to represent reality. However, beneath this deceptive appearance, another text can be discerned, as suggested by the various forms of intertextual ity used. Brookner's novels pose as traditional realism, using the latter's conventions to undermine its philosophical principles from inside. The premises of realism are pushed far enough to remorselessly lay bare the illusions it conveys. This subversive text is "modern" by way of its pessimistic, ironical vision of the world. Brookner's modern parodies denounce the ideology behind traditional realism, showing that christian virtue does not win out in the amoral twentieth century, in which neither god nor reason can be relied upon. But, not content with dismantling the traditional novel's message of comfort, the author lays bare the sterility of a purely ironical vision, which, in its turn, gives way to a metaphorical text, the manifestation of an abstract circular structure which re-introduces a mythical poetic world-view of the unending circularity of life. The novels are postmodern by their metafictionality, by their questioning of the very nature and existence of reality, by their self-reflexivity, which is a direct consequence of their autobiographical aspect. The writer, at one with her narrator focaliser heroine, uses literature itself to explain how her life has been "ruined by literature”. But, even if writing allows her to re-edit her life and to survive, it cannot cure her melancholy and she seems condemned to keep on writing the same novel.
Les romans d'Anita Brookner sont souvent taxés de "romans de gare pour intellectuelles" et classés dans la lignée du roman réaliste par la critique, qui leur refuse tout label "moderne" ou "postmoderne". Effectivement, ces romans sont en apparence, des "textes réalistes classiques" par leur appréhension du réel et la "littérarité" des personnages. Pourtant, sous le contenu apparent, se profile un "deuxième texte" indique par diverses formes de transtextualité. Sous couvert du réalisme classique, les textes de Brookner s'appliquent à le saper, en le poussant à son extrême limite, pour démasquer les illusions qu'il véhicule, pour détruire ses fondements philosophiques. Ce texte subversif est "moderne" par sa vision du monde pessimiste et ironique. Ces romans parodiques dénoncent l'idéologie véhiculée par les romans traditionnels en montrant qu'un comportement raisonnable, vertueux, ne peut mener qu'à des impasses stériles dans le monde moderne amoral. Mais, non satisfaite de détruire une vision réconfortante du monde par une exposition rationnelle des antithèses, Brookner pousse l'ironie à bout, jusqu'à en détruire la dualité constitutive. Un "troisième texte" dessine la figure métaphorique du cercle dans la forme profonde de l'œuvre et lui donne son sens propre. À force de se répéter, le cercle devient cycle. L'auteur se sert de la mémoire et de l'imagination pour se dresser contre la destinée mortelle et maîtriser le temps, pour réintroduire un message d'espoir. Les trois types d'écriture de Brookner situent son œuvre dans la catégorie des romans "postmodernes" par leur métafictionalité, qui découle directement de la "forme auto-biographique" de l'œuvre. L'auteur, qui se confond avec son héroine narratrice focalisatrice, se tourne vers l'écriture pour essayer de comprendre comment, s'identifiant à des "êtres de papier" et croyant aux illusions véhiculées par la litterature, elle a permis aux livres de lui "gâcher la vie". Mais sa quête, vouée à l'échec, est condamnée à se répéter à l'infini. La pratique de l'écriture essaie d'exorciser son angoisse, mais ne saurait guérir sa mélancolie, comme en temoignent les images et leitmotive obsédants de déréliction. Comme si Brookner était condamnée à réécrire toujours le même roman.
Fichier principal
Vignette du fichier
99_wanquet.pdf (17.98 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04234643 , version 1 (10-10-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04234643 , version 1

Cite

Eileen Williams-Wanquet. Les romans d'Anita Brookner de 1981 à 1992 : l'écriture de la subversion. Littératures. Université Montpellier 3 Paul Valéry, 1996. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04234643⟩
50 View
104 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More