Social regulation of female poverty in Mayotte - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Carnets de Recherches de l'océan Indien Year : 2020

Social regulation of female poverty in Mayotte

La régulation sociale de la pauvreté féminine à Mayotte

(1)
1

Abstract

Nearly ten years after becoming a French Overseas Department, Mayotte offers a highly contrasted picture with, on the one hand, the advent of a salaried middle class and, on the other, the maintenance of a significant mass of the population on the fringes of the opportunities offered by departmentalization. Women, many of whom are poorly educated, are particularly affected by inactivity, unemployment and the resulting poverty. Thus, the implementation of the Active Solidarity Income in Mayotte was an opportunity to reveal this female poverty. At the same time, the importance of non-recourse raises the question of renewing endogenous forms of regulation of poverty and gender inequalities, since women are traditionally taken care of by men according to socially instituted regimes of obligations and reciprocity. The analysis of the contemporary figures of female poverty and its forms of social regulation thus informs us of the dynamics of gender relations and solidarity in a Mahoran society in full mutation. If recourse to social transfers is both a consequence of unequal gender relations and a support for a transfiguration of economic dependency relations, poverty under private obligations underlines, for its part, the maintenance of a gendered organization of the principles of allocation and redistribution of resources.
Près de dix ans après son accession au statut de département français d’Outre-mer, Mayotte offre un tableau des plus contrastés avec, d’un côté, l’avènement d’une classe moyenne salariée et, de l’autre, le maintien d’une masse importante de la population en marge des opportunités offertes par la départementalisation. Les femmes, dont une bonne part ont été faiblement scolarisées, sont particulièrement concernées par l’inactivité, le chômage et la pauvreté qui en résulte. Ainsi, la mise en oeuvre du revenu de solidarité active à Mayotte a été l’occasion de révéler cette pauvreté féminine. Dans le même temps, l’importance du non-recours pose la question du renouvellement des formes de régulation endogènes de la pauvreté et des inégalités sexuées, les femmes étant traditionnellement prises en charge par des hommes selon des régimes d’obligations et de réciprocités socialement institués. L’analyse des figures contemporaines de la pauvreté féminine et de ses formes de régulation sociale informe ainsi de la dynamique des rapports sociaux de genre et de solidarité dans une société mahoraise en pleine mutation. Si le recours aux transferts sociaux est à la fois une conséquence de rapports de genre inégalitaires et le support d’une transfiguration des rapports de dépendance économique, la pauvreté prise en charge selon le régime d’obligations privées souligne, pour sa part, le maintien d’une organisation sexuée des principes d’attribution et de redistribution des ressources.
Fichier principal
Vignette du fichier
02-Roinsard.pdf (308.3 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02921386 , version 1 (25-08-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02921386 , version 1

Cite

Nicolas Roinsard. La régulation sociale de la pauvreté féminine à Mayotte : Une sociologie de la recomposition des rapports de solidarité au prisme du genre. Carnets de Recherches de l'océan Indien, 2020, Mayotte : entre contraintes et défis, à l’heure du bilan, 05. ⟨hal-02921386⟩
196 View
224 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More