À rebours du voyage. Errances insulaires dans <i>Voyage à Rodrigues</i> de J. M.G. Le Clézio et <i>Le Dernier frère</i> de N. Appanah - Université de La Réunion Access content directly
Journal Articles Carnets de Recherches de l'océan Indien Year : 2018

Inverted travels. Wandering the islands in J.M.G. Le Clézio’s Voyage à Rodrigues and N. Appanah’s Le Dernier frère

À rebours du voyage. Errances insulaires dans Voyage à Rodrigues de J. M.G. Le Clézio et Le Dernier frère de N. Appanah

Cécile Do Huu

Abstract

The travel narrative was the very first form of discourse concerning the Mascarene islands; today, as native voices rise in literature, we are to consider the relevance of such western literary forms. Though the travel narrative might still be able to tell the insularity and migratory history of these islands, it nonetheless lays its foundations on an epic tradition of representation that cannot tell their creole reality. Jean-Marie Le Clézio’s travel diary Voyage à Rodrigues (1986) and Natacha Appanah’s novel Le Dernier frère (2007) are two examples of how the travel narrative is metamorphosed when it comes to the Mascarene islands today. Journeys become merely wanderings, cyclic trips whose destinations are no longer possible due to a primary lack of origin. Both the journey and its narrative stumble upon an enigma within the place. Hence, they deviate and stray via fiction and myth: historically the narrative of a nation, the novel is here confronted to the very possibility of a native voice from Mauritius or Rodrigues island. What happens here is a creolisation of the travel narrative, whose perspectives on the world are obsolete in the Indian Ocean but which still asks an essential question: can one inhabit those islands?
La relation de voyage a été la première forme de discours produite sur les Mascareignes ; aujourd’hui, la prise de parole des habitants de ces îles dans la littérature amène à reconsidérer la pertinence de formes littéraires importées de l’Occident. Si le genre viatique semble à même de dire l’espace insulaire et l’histoire migratoire qui sont ceux des Mascareignes, il repose aussi sur des présupposés, sur une tradition épique de représentation et de narration qui ne peuvent dire leur réalité créole. Il s’agit donc d’étudier les torsions et retournements qu’opère la reprise du genre viatique dans les Mascareignes aujourd’hui, à travers le journal de Jean-Marie Le Clézio Voyage à Rodrigues (1986) et le roman de Natacha Appanah Le Dernier frère (2007). Les voyages n’y sont plus que des errances, parcours cycliques dont la destination est confisquée par le deuil premier d’une origine : le voyage et le récit trébuchent sur une énigme du lieu, d’où des détours par la fiction et le mythe. Le genre romanesque enfin, forme historique du récit national, questionne la possibilité d’une parole de l’ici à Maurice et à Rodrigues. On assiste là à une créolisation du récit de voyage, porteur d’une vision du monde aujourd’hui caduque dans l’océan Indien, mais d’une question toujours essentielle : celle de l’habitabilité des îles.
Fichier principal
Vignette du fichier
03-DoHuu.pdf (338.83 Ko) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-02474949 , version 1 (11-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02474949 , version 1

Cite

Cécile Do Huu. À rebours du voyage. Errances insulaires dans Voyage à Rodrigues de J. M.G. Le Clézio et Le Dernier frère de N. Appanah. Carnets de Recherches de l'océan Indien, 2018, Espaces insulaires de l'océan Indien. Les mutations contemporaines, 1, pp.51-65. ⟨hal-02474949⟩
63 View
105 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More