L'Europe latiniste de l'abbé Olmo (1816-1824) - Université de La Réunion Access content directly
Journal Articles Travaux & documents Year : 2005

L'Europe latiniste de l'abbé Olmo (1816-1824)

Abstract

Le ridicule attaché par Swift aux langues artificielles inventées à l'époque classique ne signifie pas que savants et hommes de lettres aient renoncé à la quête d'une langue philosophique. Grâce à l'essor de l'empirisme, les projets unitaires, l'idée d'une langue immuable perdent du crédit. « Ce qui semble préoccuper l'époque du siècle des Lumières, ce n'est pas tant la recherche d'une langue parfaite qu'une thérapie des langues existantes, dans le sillage de la suggestion de Locke » . La volonté de répandre les Lumières, l'accélération du rythme des découvertes durant les vingt dernières années du XVIII e siècle amènent les savants à regretter que des obstacles linguistiques s'opposent à la circulation des idées et des nouveautés au sein de la communauté scientifique européenne. Dans le but de faciliter les échanges et de favoriser ainsi la démultiplication des progrès de la connaissance, Maupertuis propose l'adoption d'une langue universelle, hésitant encore entre deux idiomes qui lui semblent parfaits pour jouer ce rôle, le latin et le français. Dans l'Encyclopédie, Beauzée admet, « étant donné les difficultés rencontrées pour se mettre d'accord sur une langue nouvelle, et puisqu'une langue internationale est nécessaire », que « le latin demeure encore un candidat raisonnable »

Domains

Linguistics
Fichier principal
Vignette du fichier
Sylvos-TD23.pdf (160.66 Ko) Télécharger le fichier
Origin Explicit agreement for this submission
Loading...

Dates and versions

hal-02162034 , version 1 (21-06-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02162034 , version 1

Cite

Françoise Sylvos. L'Europe latiniste de l'abbé Olmo (1816-1824). Travaux & documents, 2005, Travaux & Documents "Uglossies", 23, pp.98-109. ⟨hal-02162034⟩
48 View
116 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More