Gestion des signes : De la représentation des connaissances à leur signification pour les e-services

Abstract : Depuis quelques années, une nouvelle forme d’innovation plus durable, à la fois ouverte, inclusive avec les gens, moins quantitative et donc plus intelligente, se met en place sur les marchés et les territoires. Elle replace l’humain, c’est-à-dire le sujet, au centre du processus d’innovation économique, sociale et environnementale. Cette forme d’innovation est fondée sur la valeur d’usage des technologies en plus de leur valeur d’échange. Quel est alors son impact sur la recherche, notamment en matière de Science et Technologies de l’Information et de la Communication ? Depuis l’avènement du Web 2.0, la tendance est d’impliquer de plus en plus les utilisateurs qui ont des contenus et savoir-faire à valoriser dans la co-construction des services TIC (e-services). En effet, ces utilisateurs souhaitent s’investir pour leurs besoins propres si on leur donne les moyens de s’exprimer. Avec la personnalisation des e-services, ce changement d’orientation modifie donc la vision de la gestion des connaissances que l’on a connue en Intelligence Artificielle il y a plus de dix ans. Elle est devenue moins techno-centrée sur les contenants. Elle se focalise plus sur les contenus dont il faut promouvoir la qualité. Se pose alors le problème de la signification des objets qu’il est nécessaire de partager entre sujets pour créer du sens commun au sein de communautés. Dans la lignée des approches « User Centred Design » en IHM, on s’intéressera dans cette HDR non seulement aux ontologies écrites du Web sémantique pour décrire ce qui est, c’est-à-dire les savoirs, mais aussi aux interprétations multimédia des individus lorsqu’ils sont mis en situation d’utilisation pour montrer ce qu’ils font, c’est-à-dire leurs savoir-faire. Nous avons donc introduit la gestion des signes et le Web sémiotique comme nouveaux paradigmes en informatique pour passer de la représentation des connaissances à leur signification pour les e-services. Ces concepts proviennent de la théorie des signes et de celle de l’activité dont nous nous sommes inspirés pour fonder notre recherche, modélisée au sein d’un tétraèdre sémiotique (sujet, donnée, information, connaissance). Nous expliciterons la nature de cette sémiotique et la méthodologie de construction des signes (sémiosis) que nous avons mise en oeuvre sur un Plateau de Créativité dans deux domaines sur lesquels nous avons travaillé depuis la thèse, celui de la Systématique (gestion de la biodiversité) puis celui de la musique (elearning instrumental). Ces deux exemples en éducation avec les TIC montrent l’intérêt de développer des outils réellement utiles et utilisés par les usagers pour innover de manière collaborative avec eux, afin de partager des savoir-faire, notamment visuels ou gestuels. Ce sont là quelques conditions nécessaires pour créer du lien entre individus (désirabilité) avant de créer du bien pour la communauté.Ces travaux s’inscrivent dans la mise en place d’un Living Lab en Teaching et Learning à l’Université de La Réunion pour enrichir la transmission des connaissances par l’identification et le partage des signes qui s’y rapportent.
Type de document :
HDR
Informatique [cs]. Université de La Réunion, 2013
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [108 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.univ-reunion.fr/tel-01375608
Contributeur : Réunion Univ <>
Soumis le : lundi 3 octobre 2016 - 12:25:31
Dernière modification le : vendredi 12 octobre 2018 - 13:14:41
Document(s) archivé(s) le : vendredi 3 février 2017 - 13:50:13

Fichier

HDR_Noel_Conruyt_final (1).pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01375608, version 1

Citation

Noël Conruyt. Gestion des signes : De la représentation des connaissances à leur signification pour les e-services. Informatique [cs]. Université de La Réunion, 2013. 〈tel-01375608〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

162

Téléchargements de fichiers

315