La bibliothèque de Shéhérazade : enquête sur les lectures assassines

Bénédicte Letellier 1
1 CRLHOI - Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l'Océan Indien
CCLC - Contacts de Cultures, de Littératures et de Civilisations
Abstract : Ceci n’est pas un conte. C’est un article qui vise à montrer que si l’on connaît la loi de la chimie formulée par Lavoisier en 1777, on peut alors parler des Nuits sans les avoir lues. Par conséquent, la bibliothèque de Shéhérazade est inutile. Son mode d’existence reflète la pensée qui la conçoit. Dans son ouvrage, Dites-moi le songe, Kilito le démontre de manière magistrale. Il présente deux figures du lecteur. Pour l’un, lecteur savant, la bibliothèque de Shéhérazade est perdue et inaccessible ; pour l’autre, lecteur nettement initié par Shéhérazade, la bibliothèque se transforme au gré de sa conscience. On peut donc penser que Shéhérazade elle-même connaissait cette loi.
Type de document :
Article dans une revue
Fabula LHT (Littérature, histoire, théorie), Fabula, 2014, La bibliothèque des textes fantômes : œuvres perdues, textes absents, récits troués, 〈 http://www.fabula.org/lht〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-reunion.fr/hal-01371657
Contributeur : Bénédicte Letellier <>
Soumis le : lundi 26 septembre 2016 - 12:23:56
Dernière modification le : mercredi 8 novembre 2017 - 14:08:05

Identifiants

  • HAL Id : hal-01371657, version 1

Collections

Citation

Bénédicte Letellier. La bibliothèque de Shéhérazade : enquête sur les lectures assassines. Fabula LHT (Littérature, histoire, théorie), Fabula, 2014, La bibliothèque des textes fantômes : œuvres perdues, textes absents, récits troués, 〈 http://www.fabula.org/lht〉. 〈hal-01371657〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

89