Élaboration d’un protocole de suivi de la fréquentation au sein de la Réserve naturelle marine de la Réunion, France, Océan Indien

Résumé : Créée en 2007, La Réserve Naturelle Marine de La Réunion (RNMR) vise à préserver un récif frangeant qui s’étend sur près d’une quarantaine de kilomètres de linéaire côtier sur la façade occidentale de l’île. Rendue fortement attractive par ses nombreux atouts balnéaires, cette côte a été en proie à une urbanisation croissante au cours des dernières décennies. De façon concomitante, l’accroissement de la fréquentation et l’apparition de nouvelles pratiques nautiques ont alimenté la source potentielle d’impacts sur le milieu, ainsi que les risques de conflits. En vue d’apporter un meilleur éclairage sur ces problématiques et parce que la mesure de l’efficacité d’une AMP ne peut désormais plus se cantonner aux seuls indicateurs biologiques du milieu, une vaste campagne nationale visant à développer un cadre méthodologique commun de mesure de la fréquentation maritime a été initiée (Agence des Aires Marines Protégées). C’est dans ce contexte et par le biais de cette étude que la RNMR se pourvoit dès 2010 d’un cadre méthodologique et opérationnel de suivi de la fréquentation afin de développer et d’intégrer à leurs plans de gestion des indicateurs socio-économiques qui serviront, entre autres, à mesurer l’efficacité de la gestion. Entre janvier et juillet 2010, pas moins de 10 catégories d’usages dont les activités de baignade, plage, sports de glisse et pêche ont fait l’objet d’un suivi depuis un Ultra-Léger-Motorisé et à l’aide d’un appareil photographique. 48 vols ont été répartis sur cette période selon une stratification temporelle pré-établie (Été/Hiver, Vacances/Périodes scolaires, semaine/week-end et matin/Après-midi). Les données ont été intégrées à une Base d’Information Géographique offrant un arsenal d’outils d’analyse spatiale et statistique. Les premiers résultats font état d’une « fréquentation différentielle » dans le temps et l’espace, dont les pics peuvent atteindre près de 10 000 usagers. La moitié des usagers reste concentrée sur une faible portion du linéaire côtier équivalente à 8 % de la longueur totale de la réserve et se répartit sur 4 principaux sites (Boucan-Canot, l’Ermitage, la Saline et Etang-Salé) qui s’avèrent être les plus pourvus en aménités (dépressions d’arrière-récif, sable corallien) et en aménagements (stationnements, bars, maîtres-nageurs sauveteurs). En outre, le protocole de suivi de la fréquentation de la RNMR présente de nombreuses potentialités en termes de gestion et de capitalisation scientifique, lesquelles sont présentées en discussion.
Type de document :
Article dans une revue
VertigO : La Revue Électronique en Sciences de l'Environnement, VertigO, 2013, 13 (1), 〈10.4000/vertigo.13379〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-reunion.fr/hal-01239632
Contributeur : Réunion Univ <>
Soumis le : mardi 8 décembre 2015 - 08:39:18
Dernière modification le : mardi 20 février 2018 - 14:56:01

Lien texte intégral

Identifiants

Citation

Anne Lemahieu, Gwenaëlle Pennober, Gilbert David, Franck Lavigne, Karine Pothin, et al.. Élaboration d’un protocole de suivi de la fréquentation au sein de la Réserve naturelle marine de la Réunion, France, Océan Indien. VertigO : La Revue Électronique en Sciences de l'Environnement, VertigO, 2013, 13 (1), 〈10.4000/vertigo.13379〉. 〈hal-01239632〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

252