Reconnaissance des visages d’un autre groupe ethnique : éclairage d’une approche développementale

Résumé : Dans cet article, nous nous attachons à explorer les déterminants de l’other race effect (ORE). Valentine (1991) a proposé un modèle de codage dans lequel chaque visage est encodé en fonction de sa déviation par rapport à une norme qui varie selon l’environnement des individus. Différents travaux chez les adultes montrent qu’en général les résultats soutiennent les prédictions issues du modèle. Nous nous intéressons également au développement de l’ORE au cours de l’enfance. Les travaux de Pascalis et de Schonen (1994) et de Pascalis et al. (1995, 1998) montrent que les nourrissons, de la naissance à l’âge de trois mois, sont capables de reconnaître des visages familiers. Par ailleurs, on note que des difficultés à reconnaître des visages peu fréquents dans l’environnement existent dès la première année.
Type de document :
Article dans une revue
Psychologie Française, Elsevier Masson, 2010, 55 (3), pp.243--257. 〈10.1016/j.psfr.2010.07.001〉
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-reunion.fr/hal-01232350
Contributeur : Réunion Univ <>
Soumis le : lundi 23 novembre 2015 - 13:49:32
Dernière modification le : vendredi 14 septembre 2018 - 08:16:36

Identifiants

Collections

Citation

Xavier De Viviés, D. J. Kelly, Virginie Cordier, Olivier Pascalis. Reconnaissance des visages d’un autre groupe ethnique : éclairage d’une approche développementale. Psychologie Française, Elsevier Masson, 2010, 55 (3), pp.243--257. 〈10.1016/j.psfr.2010.07.001〉. 〈hal-01232350〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

200