Quand le conte nous fait croire en la science : le cas de Boureau-Deslandes

Guilhem Armand 1
1 CRLHOI - Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l'Océan Indien
CCLC - Contacts de Cultures, de Littératures et de Civilisations
Résumé : En 1741, Boureau-Deslandes offre avec son Pygmalion une réécriture du mythe ovidien qui renouvelle à plus d’un titre la question de la croyance. Dans ce conte, la métamorphose de la statue, initialement divine et magique, devient une forme d’expérimentation par l’imaginaire des thèses matérialistes de son temps. Aussi le pacte de fiction devient-il problématique : entre le postulat de départ (ceci est un conte, donc faux, fabuleux, merveilleux…) et la volonté démonstrative (qui se distingue du simple apologue, notamment quand le discours tend à une certaine vérité scientifique au siècle des Lumières). Ce paradoxe est redoublé par la narration qui part de l’intervention divine pour appuyer une thèse matérialiste : la science deviendrait alors un objet de croyance.
Type de document :
Article dans une revue
Féeries, ELLUG, 2013, pp.181--193
Liste complète des métadonnées

http://hal.univ-reunion.fr/hal-01156450
Contributeur : Nicolas Alarcon <>
Soumis le : mercredi 27 mai 2015 - 13:37:48
Dernière modification le : dimanche 5 novembre 2017 - 15:58:05

Identifiants

  • HAL Id : hal-01156450, version 1

Collections

Citation

Guilhem Armand. Quand le conte nous fait croire en la science : le cas de Boureau-Deslandes. Féeries, ELLUG, 2013, pp.181--193. 〈hal-01156450〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

89